Algérie France : Visite d’État de François Hollande avant fin 2012

(Alger) – 16/07/2012 – À l’occasion de la visite à Alger du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, l’Algérie et la France ont affiché publiquement leurs convergences et leurs divergences notamment concernant le traitement de la situation au nord du Mali, tombé entre les mains de groupes armés islamistes et touaregs.

« L’Algérie n’exclut aucune hypothèse pour trouver une solution au nord du Mali » a indiqué le ministre algérien des affaires étrangères Mourad Medelci en estimant que la solution politique doit prévaloir. « Il faut évaluer toutes les hypothèses. L’UMA [Union du Maghreb arabe] et l’UA [Union africaine] sont contre l’utilisation de la force », a‑t‑il souligné en réitérant la position de l’Algérie sur l’unité territorial du Mali.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré que « Si le terrorisme se maintient, il faut le traiter selon les voies adaptées […]. Il faut traiter les terroristes comme ils le méritent ». Il a assuré que sur cette question, il n’y avait pas d’opposition entre les deux pays. et a estimé que la situation au nord du Mali constituait une menace non seulement pour les pays de la région, mais pour le monde entier. « Les terroristes disposent d’armes puissantes et de moyens financiers. Ils constituent une menace pour l’ensemble du monde », a‑t‑il estimé.

Mourad Medelci a indiqué que le président François Hollande effectuera une visite d’État en Algérie avant fin 2012.

Les deux ministres se sont entendus sur la création d’un comité de suivi de la coopération économique entre la France et l’Algérie, selon Mourad Medelci qui a annoncé que les négociations avec l’Union européenne sur le démantèlement tarifaire [report à 2020 de la mise en place de la zone de libre‑échange entre les deux parties] est bouclée quasi officiellement.

Laurent Fabius a expliqué que le but de sa visite à Alger était de « donner un nouvel élan au partenariat d’exception entre l’Algérie et la France ». Il a qualifié ses entretiens avec Mourad Medelci d’ »utiles et faciles ». Sur les visas, il a noté une amélioration mais « il reste encore quelques problèmes à régler », a‑t‑il dit.

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur français, a l’intention de se rendre en Algérie « pour faire avancer ces sujets » liés à la circulation des personnes entre les deux pays. « Symétriquement, des améliorations sont à apporter et des situations administratives et immobilières sont à améliorer », a ajouté Laurent Fabius.

L’accord de 1968 sur l’immigration algérienne en France, « est un segment important de notre partenariat d’exception. Et aujourd’hui ce segment est sauvegardé » a constaté Mourad Medelci.

Concernant l’implantation d’une usine Renault en Algérie, Laurent Fabius a répondu : « Est‑ce que l’investissement de Renault en Algérie va servir le pays ? Dans ce cas, c’est du gagnant‑gagnant. Si c’est un investissement pour concurrencer les produits fabriqués en France, c’est non. Si c’est du gagnant‑gagnant, c’est oui. Si c’est une menace pour la France, c’est non », a‑t‑il résumé.

Le chef de la diplomatie française s’est montré favorable à la poursuite par Jean‑Pierre Raffarin de sa mission en Algérie. « M. Raffarin est tout à fait le bienvenu pour poursuivre son travail tant qu’il est apprécié ici [en Algérie] », a‑t‑il précisé.

20120716-100633 AM.jpg

Tags: affaire, alger, fin, laurent fabius, Medelci, terroriste, touaregs, union africaine, union du maghreb arabe, visite